Sœurs de l'Immaculée Conception de Castres. Qui sommes-nous ?

QUI  SOMMES - NOUS ?

emiliecanonisation1b_edited.jpg

La fondatrice

chateau hauterive 03_edited.jpg

Chateau d'Hauterive Maison familiale

soeurs maison mere_edited.jpg

Soeurs à la Maison-Mère Castres 1902

Rue de la Tolosane Castres.jpg

Rue de la Tolosane - Castres

La Congrégation au long des années

Mission au Sénégal

Lettre d'une missionnaire au Gabon en 1948

Spiritualité Mission Cté St Jacques - Castres 

Spiritualité : Chercher les intérêts de Dieu seul 

Le parcours spirituel de Jeanne-Émilie fondatrice de la Congrégation

 

Une vie donnée aux autres...

 

Jeanne Émilie de Villeneuve est née à Toulouse le 9 mars 1811 et décédée à Castres le 2 octobre 1854. Dès son plus jeune âge, elle vit au château d’Hauterive (près de Castres), où sa mère malade s’est retirée pour se soigner. Elle perd sa mère à l’âge de 14 ans et trois ans après sa sœur Octavie.
Après le décès maternel, elle vit quelque temps à Toulouse où sa grand-mère prend en charge son éducation et celle de ses sœurs. À 19 ans, Jeanne-Émilie est de retour à Hauterive, où elle gère la vie familiale, soulageant de cette tâche son père, alors maire de Castres (de 1826 à 1830).

 

Elle envisage de rejoindre les “Filles de la Charité”. Mais, pendant le délai de réflexion imposé par son père, elle crée (avec l’accord de son évêque), et en collaboration avec deux compagnes, la congrégation de Notre Dame de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 1836. La communauté religieuse est rapidement connue sous le vocable de “sœurs Bleues de Castres” en raison de la couleur de leur habit.


Dans l’anonymat d’une maison de Castres, elle sert les plus démunis avec ses compagnes : jeunes ouvrières, malades, prostituées, et les condamnés en prison. Puis la congrégation voit grandir le nombre de ses sœurs, et son rayonnement s’étend à l’Afrique (Sénégal, Gambie, Gabon).


En 1853 Jeanne-Émilie de Villeneuve démissionne de sa charge de Supérieure Générale pour être remplacée par sœur Hélène Delmas.

 

En 1854, l’épidémie de choléra atteint Castres et la fondatrice des sœurs Bleues décédera le 2 octobre, entourée de ses sœurs.

Actualité du message

de Jeanne-Émilie de Villeneuve
 

L’option privilégiée pour les pauvres

Le charisme de Jeanne-Émilie de Villeneuve explique parfaitement l’éventail et la diversité des compétences mises en oeuvre par les membres de la communauté : 

  •  éducation,

  •  santé,

  •  social,

  •  participation à la vie de l’Église locale.

Jeanne-Émilie de Villeneuve nous appelle à devenir, nous aussi, missionnaires là où nous sommes, en osant prendre position pour la justice, la paix, le respect et l’attention au plus petit... dans tous nos lieux de vie, et à faire tout cela par amour, selon la devise reprise par la Congrégation : « aller là où la voix du pauvre nous appelle ».

 

 

"Aller là où la voix du pauvre nous appelle"


Jeanne-Émilie a fait de la disponibilité et de l’attention aux pauvres une priorité ; elle a pris le risque d’aller à la rencontre des exclus, des prisonniers ou des pauvres filles des rues de Castres... Elle a consacré sa vie aux soins des malades, à l’éducation des jeunes, à l’évangélisation, à la prière et à la charité.