ACCOMPANY THE LIFE OF THE BLUE FAMILY 

vie et mission des sœurs

Sœur Joaninha vit ce moment douloureux avec les Migrants en Amazonie 

Irm%C3%A3%20Joaninha%20CIC_edited
Irm%C3%A3%20Joaninha%20CIC_edited

Soeur Joaninha avec les migrants à la frontière du Perou Joaninha Honório Madeira, missionária da Rede Itknersnte da Repam (Foto: Alexandre Cruz Noronha/Amazônia Real)

press to zoom
09 pont joaninha
09 pont joaninha

Sem perspectivas de emprego, imigrantes iniciam movimento de retorno e enfrentam dificuldades na fronteira com o Peru. A imagem acima é de autoria de Alexandre Cruz Noronha/Amazônia Real.

press to zoom
policia amazonas
policia amazonas

Difficultés rencontrées pendant 27 jours.

press to zoom
Irm%C3%A3%20Joaninha%20CIC_edited
Irm%C3%A3%20Joaninha%20CIC_edited

Soeur Joaninha avec les migrants à la frontière du Perou Joaninha Honório Madeira, missionária da Rede Itknersnte da Repam (Foto: Alexandre Cruz Noronha/Amazônia Real)

press to zoom
1/9

"Ce que nous vivons ici, vraiment, est une chose cruelle. Cela atteint le cœur de l'humanité. Les gens sont traités comme des objets, comme des déchets, et ici, au Pérou, c'est la première fois que nous le voyons. C'est vraiment une chose cruelle. L'expression vient de la missionnaire Joaninha Honório Madeira, de l'ordre de l'Immaculée Conception. Connue sous le nom de Sœur Joaninha, elle fait partie du réseau ecclésial panamazonien, dont le travail consiste à offrir une assistance sociale et religieuse aux résidents des communautés urbaines, riveraines et indigènes de la triple frontière.

 
Aux côtés d'autres dirigeants catholiques, elle s'est trouvée en première ligne face aux boucliers et aux bombes lancés par la police péruvienne. "La police a été extrêmement violente.  Avant, nous avions seulement entendu dire qu'ellel était violente, mais hier (16 février), nous l'avons vu. On a failli être battus aussi. Le premier groupe [d'immigrants qui ont franchi le blocus] a été traité très violemment. Trois femmes enceintes se sont retrouvées au centre de santé", dit-elle.

 

Pour la missionnaire catholique, les immigrants haïtiens et africains souffrent également du racisme. Selon Sœur Joaninha, les immigrants de pays comme le Venezuela, la Colombie et Cuba parviennent à passer d'un côté de la frontière à l'autre. "Nous sommes témoins de racisme ici à la frontière. Des personnes de différents pays y passent. Venezuela, Cuba, Brésil. Chili, Argentine. Tout le monde passe. Maintenant, quand il s'agit d'un Haïtien ou d'un Africain, la situation est différente et ils finissent par tomber entre les mains d'exploiteurs", rapporte-t-elle.

 

La missionnaire rappelle que les personnes de toute autre nationalité paient 5 reais ou soles (monnaie péruvienne) pour traverser la rivière Acre. En revanche, les Haïtiens et les Africains doivent payer 50 dollars, plus 200 dollars pour se rendre à Puerto Maldonado. Pour un trajet moyen, les camionnettes reliant Iñapari à la capitale de Madre de Dios coûtent 40 soles - l'équivalent de 15 dollars. Du côté brésilien, les immigrants sont également victimes d'extorsion de la part des chauffeurs de taxi. Pour le court trajet entre l'entrée d'Assis Brasil et le pont binational, on peut payer jusqu'à 100 réals pour un trajet de moins de huit kilomètres. 

  

"Il s'agit d'une exploitation. La frontière est devenue un moyen de tirer profit de la souffrance humaine. Nous cherchons où nous pouvons dénoncer cela. Avec la fermeture de la frontière, le fleuve est devenu la solution pour traverser. Les Haïtiens sont exploités à cause de la couleur de leur peau. Nous le voyons de nos propres yeux", déclare la missionnaire Joaninha. 

(Article Amazonia Real)

témoignage de

soeur joaninha honório Madeira, missionnaire du réseau itinérant de la Repam en amazonie

février - mars 2021

Voir d'autres photos

 

 

Le reportage d'Amazônia Real suivait le drame des immigrants qui tentaient de quitter le Brésil.

"J'ai beaucoup appris pendant ces 23 jours de présence gratuite auprès de mes frères et sœurs, Africains, Haïtiens, Congolais, de la Côte d'Ivoire, du Bangladesh, du Pakistan, de l'Inde...
Merci de me permettre de vivre l'Évangile de l'accueil : "J'étais un étranger et vous m'avez accueilli dans votre ville. 

Joaninha Honório Madeira cic

Equipe missionnaire Itinérante de l'Amazonie.

Marie Sidonie OYEMBO

roma 03
roma 03

Describe your image

press to zoom
roma 02
roma 02

Describe your image

press to zoom
image 10
image 10

Describe your image

press to zoom
roma 03
roma 03

Describe your image

press to zoom
1/12
Sr Marie Sidonie appointed by Pope Francis

The Congregation is happy to learn this February 19 of the appointment of Sr. Marie Sidonie Oyembo as "Consultant for the Congregation of Institutes of Consecrated Life and Societies of Apostolic Life", by Pope Francis.

In addition to this, you need to know more about it.

See letter from the General Team

In addition to this, you will need to know more about it.

Decret du Pape François le 19 février 2020

Sr_edited.jpg

En quoi consiste la mission de consulteur à la Congrégation des Instituts de Vie Consacrée et Société de Vie Apostolique ?

 

Le Concile Vatican II a promu dans l’Eglise, la vision d’une Eglise peuple de Dieu, une Eglise « mystère de communion », dans laquelle, tous les baptisés participent selon leurs charges spécifiques à l’unique mission du Christ.

Le Concile a permis ainsi de développer la mise en pratique de deux principes ecclésiologiques fondamentaux : la synodalité et la corresponsabilité.

 Par Synodalité, on entend la communion de foi et des fidèles. Le mot « synode » signifie, « marcher ensemble » – Laïcs, Pasteurs, Evêque de Rome – car disait Déjà Saint – Jean Chrysostome, « Eglise, signifie synode ».[1]

Une Eglise synodale vit de l’écoute commune de l’Esprit, pour connaître, comprendre et réaliser ce que Dieu veut pour l’Eglise et pour le monde d’aujourd’hui. La coresponsabilité est ainsi une conséquence concrète de la synodalité.

La mission de consulteur se comprend à partir de la vision et du vécu concret de l’Eglise communion, peuple de Dieu. Aussi, le Saint – Siège confie à chaque Dicastère une part de responsabilité de l’unique mission du Christ.

Etre consulteur à la CIVCSVA signifie partager à un titre particulier l’unique mission qui lui est confiée par le Saint – Siège, au service de l’Eglise et de l’humanité, auprès des Instituts de vie consacrée, des Instituts Séculiers, des Sociétés de Vie Apostolique, des formes individuelles de consécration à Dieu ( Vierge consacrée, ermite, veuves), les Associations de fidèles laïques en vue d’être érigées en Institut de Vie Consacrée, les autres formes d’associations, d’unions des Instituts, des Conférences, des Confédérations relatives aux diverses formes de vie consacrée.

Pour être consulteur, le Saint - Père, après avoir recueilli les informations nécessaires et procédé à un discernement très sérieux, nomme le chrétien choisi qui peut être laïc, religieux, clerc[2] et la publication est faite par le Secrétaire d’Etat. Un consulteur a une préparation, une expérience et une expertise requises dans le domaine qui lui est confiée. Il sera sollicité pour apporter sa contribution dans les questions importantes relative à la mission du Dicastère.

Nous remercions le Saint – Siège pour la confiance faite en notre pauvre personne et en notre Congrégation. Nous implorons sur tous les consacrés, l’abondance de l’Esprit Saint, pour qu’ensemble et en Eglise, nous persévérions dans le vécu d’une vie consacrée de disciples, d’humbles serviteurs et servantes, qui accueillent jour après jour la grâce de la fidélité de Dieu.

 Sr Marie Sidonie OYEMBO, cic

 

[1] [1]Le 17 octobre 2015, François a prononcé un discours pour la clôture des commémorations du 50e anniversaire de l’institution du synode des évêques, devant tous les participants du Synode pour la famille, Saint Jean Chrysostome, Explicatio in ps 149 : PG 55, 493.

[2] Certains sont supérieurs majeurs d’Instituts, d’autres des évêques, des théologiens…

Brève Présentation Biographique de Sœur Marie Sidonie OYEMBO

 

Origine et formation

Oyembo Sidonie est née le 5 mai 1968 à Port – Gentil (Gabon), de Samuel OYEMBO et de Jeanne Nicole NGUELE. Elle est le troisième enfant d’une famille de cinq. Baptisé à Saint – Dominique de Moanda dans le Haut – Ogooué, elle recevra la première communion à la Paroisse Saint – Paul des Bois de Port – Gentil et la Confirmation à la Paroisse Saint – Louis de Port – Gentil.

Elle fit ses études primaires dans les écoles catholiques Saint – Paul et Sainte Thérèse de Port – Gentil, puis, ses études secondaires au Collège Lycée Raponda Walker de Port – Gentil et à l’Institution Immaculée Conception de Libreville.

Elle fit ses études Supérieures et Universitaires aux Facultés Catholiques de Kinshasa où elle obtint le Graduat en Philosophie (2015) et y commença ses études de théologie, à L’université de la Bourgogne en France où elle sorti détentrice du Grade de Maîtrise en Sciences Sociales et de l’Education (2009), puis à l’Université A.S Thomas d’Aquin in Urbe - DOMUNI un Master en Théologie (2018). Elle prépare actuellement sa thèse de doctorat en théologie sur l’eucharistie.

Outre les formations académiques, elle a bénéficié de diverses formations pour l’accompagnement humain et spirituel à l’IFHIM au Canada (Sessions d’été 2004) à Mater Christi au Burkina Faso (2006), en RDC et au Gabon. Elle est membre de CAPACITAR INTERNATIONAL.

 

Vie religieuse et mission

Sidonie rentre au postulat des Sœurs de l’Immaculée Conception de Castres à la Maison Mère le 4 septembre 1988. A son entrée au noviciat, elle prend le nom de Sœur Marie Sidonie. Après deux ans de noviciat au même lieu fait profession le 11 août 1991. Elle fit ses vœux perpétuels le 8 septembre 1996 à Port – Gentil (Gabon).

Elle a assumé les missions suivantes : Pastorale paroissiale (catéchèse, jeunes, liturgie, CEVB, Justice et Paix), Pastorale Sociale (Femmes), mission ad extra en RDC,  Pastorale Scolaire (Professeur de philosophie, de Religion et Administration Scolaire, Conseiller d’éducation, Directrice, Proviseur de Lycée, Fondatrice du Centre National d’Animation Religieuse devenu Aumônerie Nationale de l’Enseignement Catholique), Formation (Professeur de Théologie au Grand Séminaire, Formatrice à la vie religieuse, conférences, séminaires, cours de théologie, sessions et retraites), Animation vie consacrée (membres de plusieurs commissions dans sa congrégation (spiritualité, constitutions, formation), responsable de communauté locale, Supérieure Provinciale, Présidente de la Conférence des supérieures Majeurs du Gabon (COSMAG), Présidente de la Confédération des Conférences des Supérieures Majeurs d’Afrique et de Madagascar (COSMAM), Coordinatrice du Comité Vie Consacrée (COSMAG – CEG). Sœur Marie Sidonie est auteur de plusieurs livres et articles sur l’histoire, la vie religieuse, l’éducation…

Aujourd’hui, elle se donne encore dans l’éducation, la formation et l’accompagnement de la vie consacrée. Elle vient d’être nommée par la Pape François, consulteur à la Congrégation des Instituts de Vie Consacrée et Sociétés de Vie Apostolique, le 19 janvier 2021.

 
bande bm maison mere modele 2.jpg

Merci ! Message envoyé.

Accompagne- nous  dans Instagram  @ciccastres

Never miss a thing

PAGES EN

sisters of the immaculate conception of castres

N E W S L E T T E R